Lettre à 2017

Père Noël âne

Lettre à 2017 – (le petit Strabéri)

Chère 2017, je t’écris à toi plutôt qu’au père Noël parce que cette année j’ai vraiment arrêté de croire au père Noël. Je lui écrivais des belles lettres tout le temps, mais il m’a jamais apporté ce que j’avais demandé. L’an passé, je lui avais demandé de la paix dans le monde pis je suis sûr qu’il a compris que je voulais de l’épais dans l’immonde, faque il a upgradé Siri sur mon iPhone pis il a dégradé la Syrie avec des iDrones.
L’année 2016, dans ma maison c’était l’an fer, c’était vraiment lourd, il y a plein d’amis à papa et à maman qui sont décidés. «Ils sont très passé de l’autre côté», qu’ils m’ont dit. Papa et maman, ils ont souvent pleuré pour leurs amis cette année en expliquant comment ils aimaient le beau Oui qui n’avait pas de sexe, mais que pour partir comme une étoile noire comme il l’avait fait, il avait des couilles et tellement de talons comme artiste. Côté corps, moi je trouve plutôt qu’il avait des yeux pas pareils comme le husky trop gentil de ma voisine qui s’appelle aussi le beau Oui. Ma voisine elle m’a montré le beau Oui sur Google images avec ses costumes de clown et ses maquillages. Trop cool!
Ils avaient aussi un ami qui était un prince et qui des fois s’habillait en mauve et des fois il s’habillait moins. Lui aussi je l’ai vu sur Google images en écrivant juste le mot prince. Ma mère elle l’aimait beaucoup, elle l’appelait «de l’artiste formol et noune à springs» ou juste «de l’artiste» ou «logo». Quand je lui ai demandé pourquoi logo il portait des étalons hauts, ma mère elle m’a dit en pouffant de rire que c’était justement pour avoir un peu plus l’étalon haut. J’ai pas trop compris, faque j’ai pas trop posé d’autres questions.
Il y a eu aussi le Renard-Couenne qui était un grand ami de papa, il habitait près de chez matante Anette et il était très gentil. «C’était un grand Humanix!», qu’il a dit papa quand il a vu des chandelles et des cadeaux devant chez-lui avec ses yeux qui devenaient un peu comme des miroirs. J’ai tout relu tous mes albums d’Astérix au complet, mais j’ai jamais trouvé un personnage qui ressemblait à le Renard-Couenne ou qui s’appelait Humanix, mais c’est pas grave, j’aime sa grosse voix et ses chansons. Ma préférée, c’est celle où il dit: «Les vrais bas tu n’oses.», papa la fait souvent jouer.
Il y a eu aussi René, le papa de c’est Line qui est parti, mais ça, mes parents ils s’en doutaient. Ils disaient qu’il était mort de la gorge et qu’il avait légué toux à c’est Line pour qu’elle puisse continuer à s’égosiller et faire toute une scène. Ma mère elle a dit aussi qu’il faut jamais penser que les immigrants syriens ou les autres sont toujours des méchants, elle m’a dit que plus tard ils peuvent aider d’autres Québécois à devenir des cithares internationales et les aimer pour vrai.
Parlant de cithares… Hier encore, t’imagines, mes parents ils écoutaient les nouvelles à Radio-Clavarda et il y avait leur ami d’enfance, George Macolle qui s’est décidé lui aussi, à Noël en plus! Ils ont encore chanté des mots de ses chansons bien décrites en disant comment sa voix était crisse d’Aline et belle et qu’ils avaient dansé leur premier slow ensemble sur de la caresse oui s’peur. Je sais pas trop ce que ça veut dire, de la caresse oui s’peur, mais je me sentais super bien même si ils pleuraient parce qu’ils se collaient et ils se donnaient des becs.
En 2016, il y en a eu plein, des amis à mes parents, qui ont mangé les pisse-en-lit par les matines, comme mon père il dit. Même le monsieur qui dessinait des choses drôles dans la rue Bric-à-Brac est déménagé au paradigme. Mon père il était full fâché. Il avait des très marshmallows dans la gorge quand il a crié: «2016, c’était une sale up!».
Franchement! Moi je dis que 2016, c’était une sale down. Je fais bien mes devoirs à l’école, je connais mon anglais pas mal mieux que mon père, je pense.
Pis c’est pour ça que je t’écris, 2017. J’ai le goût que tu saches pourquoi tu peux faire tes devoirs full mieux que 2016. Toi au moins, je sais que même si tu existes pas déjà, tu vas exister l’an prochain. C’est pas comme le père Noël qui fait que se désister chaque année.
À mon école cette année il y a encore eu des érections pour élire un président dans la classe d’en bas. Barnack il s’est fait mettre à la porte de sa maison blanche qu’il avait bricolé et il fallait que les élèves choisissent entre l’Hilarante Klingone ou Donald Dork pour le remplacer. Donald il arrêtait pas de dire des choses méchantes sur tout le monde. Il attrapait des poules par leur poussine avec ses petites mains pour dire qu’il avait une plus grosse bizoune que Voldemor ou que Barnack et maman choquait ses nerfs tout le temps contre lui. L’Hilarante pensait qu’en étant plus gentille que lui, elle allait avoir l’érection, mais le directeur de l’école il a dit qu’elle avait pris son iPad pour envoyer des affaires sur Snapchat pendant les cours faque c’est Donald qui a été élu président par le plus de twits. Pffft! Pas fort, la classe d’en dessous!
Dans ma classe à moi, le chouchou de la maîtresse qu’on appelle ti-pet-le-pot, il a pas arrêté de faire des Sylvie et de parler de Marie dans le journal de l’école. Il a rien fait d’autre à part des sophismes qui chantent pis des exposés poches qui parlaient d’eau nue et de réchauffements gymnastiques. Les filles ça les dérangeaient pas, elles le trouvent beau, ti-pet-le-pot, et elles veulent tout le temps prendre des Sylvie avec lui pour montrer au monde à dentiers que notre classe plus jeune est supérieure. Pffft! Ti-pet-le-pot il pense juste à ouvrir des kiosques sur le bord de la rue l’été prochain pour vendre ses insta-grammes pis se payer des serre-vis en taxant les élèves plus pauvres dans la cour de récréation. Bébé fafa!
Dans mon groupe de classe, c’est Philou le trouillard qui était responsable encore cette année. Ses amis les blaireaux ils ont surtout été responsables des coupures dans le budget de la cafétéria et des crises de foie dans les partys. Mais c’est pas juste eux qui disent n’importe quoi. Sérieux, tous les responsables de tous les groupes de ma classe ils ont raconté des âneries cette année, mais personne est allé dans le coin avec un bonnet d’âne. «C’est bonnet blanc, blanc bonnet», que le directeur il disait. «Même si on les met dans le coin, y’en a d’autres qui vont dire des âneries à leur place», que ma maîtresse elle a répondu au directeur avec un gros soupir.
Dans la classe des ti-pas-fins, y’avait tout le temps des bals de diplômes en plastique en 2016 parce qu’il y a des DJ à disques qui font leurs 45 tours et que tout le monde est occupé à protéger le pétrole et à chialer contre la muse Ulmane même si c’est pas de sa faute. «La muse Ulmane, c’est toutes des terres aux risques!» que je lisais sur Faceboutte. Moi je disais: «Ben non, mon meilleur ami, Admir, il est comme la muse Ulmane, mais il est pas dans une terre aux risques! Ça soufi!». Les gens ils croyaient pas que l’égale litée de la muse Ulmane elle se ferait quand elle allait décider elle-même de plus être dans de beaux draps et qu’il fallait montrer qu’on était tout verts quand-même. «Même quand on leur montre qu’on est tout verts, elles le font jamais tout suite!», qu’il a dit Ti-Jean Lisée. Moi je lui ai répondu: «C’est pareil comme toi! Tu réussis jamais à avoir de la matière dans ta classe, tu vas toujours en punition, mais après ta retenue tu apprends pas plus tes leçons pour l’examen d’après!». Il m’a répondu que j’étais un tsunami du parti. WTF! Il dit vague.
Ma mère elle, elle dit que tout le monde a ses tsunamis et que dans plein de cas, ceux qui font la vague en chialant que nos chefs de classe ils ont le corps rompu, ben ils travaillent au Renoir eux-mêmes, pis c’est pas Lemieux. Elle dit qu’on a les pôles d’éthiciens qu’on m’irrite… Deuh! J’ai cherché Renoir pis Lemieux sur Google et ma mère elle a full pas rap! Ils sont full beaux, leurs desseins à eux!
Tout le monde est pareil dans le fond, 2017. Tout le monde pense qu’il a raison, mais dans le fond tout le monde il a Thor. «C’est toujours la guerre parce que personne veut accepter son propre Thor!» qu’elle m’a dit, mon amie qui fait des beaux dessins et qui vient chez moi des fois pour boire du jus rouge, manger des crottes de fromage et jouer à parler drôle comme les adultes en riant tout le temps.
Elle a raison mon amie qui fait des beaux dessins. Moi c’est juste ça que je voudrais. J’aimerais que quand tu vas arriver, 2017, tout le monde accepte son propre Thor et que tout le monde arrête de faire la guerre. C’est tellement mieux de faire de la farce comme des nus Maurice, mais sans se crier de bêtises ou rire de Jérémiade comme My Awkward. Et que cette fois-ci surtout, je reçoive pas de l’épais dans l’immonde. Quand les gens se chicanent un peu des fois, c’est correct, mais ça serait le fun qu’après ils soient comme le Renard-Couenne et qu’ils deviennent des Humanix gentils avec des Idéfix qui aiment pas qu’on coupe des arbres, même les sapins laids, dans un village drôle avec plein de personnages cools et gentils!
«C’est vraiment Utopix, mais ça serait trop chill!», comme il dit, mononcle Rummy Mélangé. Il dit aussi qu’on est dus pour un autre cercle des lumières. Moi je dis qu’y faut allumer carré avant d’essayer d’allumer l’rond.
Chère 2017, je sais que ce que je te demande, c’est beaucoup de travail pour une année, mais t’as pas mal plus de temps pour le faire que le père Noël paresseux qui travaille juste en décembre.
Faque, bonne run, année 2017!
xXx
Strabéri